Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer la page

Rencontre avec Eiffage sur Le Cheylard où les études terrains ont démarré sur Accons, Mariac et le Cheylard

Mardi 14 mars au Cheylard, Hervé SAULIGNAC, Président du Syndicat mixte ADN, Olivier AMRANE, Vice-président du Syndicat mixte ADN, délégué aux travaux et Jacques CHABAL, Président de la Communauté de communes Val’Eyrieux, ont rencontré les équipes d’Eiffage, actuellement en cours d’études terrain sur le périmètre du Cheylard.

Le 12 décembre 2016, le Syndicat mixte ADN et la Communauté de communes Val’Eyrieux signaient une convention financière qui fixait les modalités de financement et les conditions de déploiement du réseau public de fibre optiqueFibre optiqueSupport permettant de transporter l’information numérique avec un très haut débit. lire la suite à la maison (FTTH) sur le territoire de la communauté de communes, permettant ainsi de lancer les études de déploiements sur un premier périmètre de 1450 prises FTTH. La Communauté de communes Val’Eyrieux participe au financement du réseau FTTH à hauteur de 300€ par prise à construire sur son territoire, soit un investissement de 435 000 euros pour le déploiement de ce premier périmètre.

Le groupement Eiffage Energie Telecom Sud Est, Energie Infrastructures Rhône-Alpes, Scopelec / Setelen et SBTP, attributaire des deux premiers marchés de travaux, a en charge la réalisation des études et des travaux sur ce premier périmètre. Les études ont démarré depuis 2 mois sur les communes d’Accons, Mariac et une partie du Cheylard, avec une première étape de relevés terrains. Ces relevés terrains représentent environ 83 kilomètres de linéaires de réseaux fibres à étudier.

Les équipes terrains d’Eiffage opèrent cette semaine sur la commune du Cheylard et procèdent au « relevé boites aux lettres » et au « piquetage des réseaux ».
Il s’agit dans un premier temps, de vérifier l’adresse de chaque logement, bâtiment d’entreprises ou bâtiments administratifs, sur chacune des communes du périmètre étudié et d’en vérifier l’état d’occupation (logement principal, secondaire, vacant...) ; puis dans un deuxième temps, de relever les informations utiles sur les réseaux électriques et téléphoniques existants qui permettront de déployer les câbles de fibre optique et de relever le raccordement des réseaux à chaque site ou logement (localisation et type du raccordement). Ces relevés sont aujourd’hui en phase d’être finalisés.
4 à 6 mois d’études seront encore nécessaires avant de pouvoir passer en phase travaux. Elles permettront de modéliser les réseaux (dimensionnement, génie civil, études Enedis…) et de concevoir et valider les études d’exécution.